Objectif Parite

Parentalité : sur la voie de l’égalité

By 21 juin 2021 No Comments

Si vous êtes déjà parent (de n’importe quelle manière), vous avez sûrement une idée claire qui vous vient en tête si nous vous parlons de charge mentale. Quelque soit votre situation, la répartition des rôles n’est pas un sujet à prendre à la légère ou à mettre de côté. Alors parlons-en.

Qu’est-ce que la charge mentale ? La charge mentale englobe toutes les pensées conscientes ou non liées au foyer familial. Ces réflexions semblent anodines au quotidien mais ont un réel poids sur le mental. 

Quelqu’un a-t-il fait la vaisselle ? Qu’est-ce que je cuisine en rentrant ? Où est la liste des courses ? Qu’est-ce que les enfants vont porter demain ? Quel est le numéro du plombier ? Etc.

Ce que l’on observe par des études ne va choquer personne : l’un des partenaires endosse la plus grande partie de la charge mentale du foyer familial, et il s’agit le plus souvent de la femme. Selon l’Institut Européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes, les tâches ménagères (qui s’accroissent naturellement avec le nombre d’enfants) sont majoritairement assumées par la gente féminine. On compte aujourd’hui 14H par semaine de différence entre les femmes et les hommes dans la gestion des tâches domestiques ! 

Ménage à la maison

En 2016, 80% des femmes affirmaient passer au moins une heure à cuisiner contre 36% des hommes. 

Souvent, l’arrivée d’un enfant creuse davantage ce déséquilibre. De l’alimentation (cuisine, courses, organisation) à l’entretien (repassage, ménage domestique) en passant par la gestion du foyer (tenue des comptes et organisation sociale), les femmes sont exposées à plus grande échelle aux vagues du quotidien. Au sein de notre culture encore largement teintée de patriarcat, une des explications serait la responsabilité des femmes induite par la société. Par exemple, les ajustements professionnels liés à la maternité sont bien plus grands que ceux liés à la paternité.

La période ne facilite pas l’équilibre puisqu’au contraire, elle empire les choses. Depuis le tout premier confinement, les parents se sont vus endosser plusieurs rôles à la fois : travailleurs, professeurs et parents. Selon une étude BCG, ces heures supplémentaires s’assimilent à une deuxième activité professionnelle, soit 27 heures en plus par semaine consacrées uniquement à la gestion du foyer. D’où l’importance de travailler au bien-être des deux parents, sans faire peser la charge sur l’un plus que l’autre.

 

On y vient ! 

À partir du 1er juillet 2021, les futurs pères salariés profiteront (enfin) d’un congé paternité de 28 jours au lieu des 14 jours autorisés actuellement. Ce temps supplémentaire est une véritable avancée vers le rééquilibre de la charge mentale.

C’est aussi la volonté de Shine, une banque soucieuse du bien-être de ses salarié(e)s, puisqu’elle a mis en place en 2019 le congé du “deuxième parent”. À hauteur de 5 semaines, tous les concernés peuvent en bénéficier sans aucune restriction. Ils nous expliquent :

Avoir un haut niveau d’exigence n’est pas incompatible avec bienveillance et équilibre vie pro / vie perso !

D’autres entreprises ont suivi le mouvement ainsi que des conventions collectives pour œuvrer activement à “l’égalité professionnelle”. Le dispositif signé par 105 entités offre au deuxième parent, quelque soit son sexe et son ancienneté, un congé de minimum d’un mois à la naissance de leur enfant. Dans les entreprises engagées, on voit notamment Leetchi, Cheerz, Pumpkin et Welcome to the jungle

Mais l’égalité n’est pas encore atteinte. La parole doit s’ouvrir dans la sphère privée comme publique pour trouver des solutions adaptées à nos besoins et attentes. Notamment sur la place du deuxième parent dans sa globalité, au-delà du schéma “mère-père”. 

Alors pour vous donner un coup de pouce, nous vous avons concocté un mode d’emploi bienveillant pour tenter de répartir la charge mentale.

 

  • S’armer des bons outils

Maydée est une application qui vous aide à mesurer le niveau d’investissement de chacun au sein du foyer. Il vous suffit d’enregistrer les tâches domestiques que vous effectuez, et d’équilibrer la donne avec votre partenaire de vie. L’objectif est d’instaurer un dialogue efficace qui portera ses fruits, mais aussi de valoriser son temps et de répartir les charges.

  • S’informer pour mieux analyser

Vous connaissez le travail invisible ? Il y a même une journée mondiale qui en est consacrée : le 07 avril ! Pour faire simple, toutes vos tâches implicitement reconnues et non rémunérées forment votre part de travail invisible. Ce sont finalement les responsabilités prises au sein de chaque foyer, mais elles sont trop peu valorisées. Connaître ce terme et l’apprivoiser permet donc d’en être conscient(e) et d’agir en fonction. Pour en savoir plus sur le travail invisible, on vous recommande les travaux de l’AFEAS.

  • Communiquez, communiquez, communiquez ! 

Quoi de mieux que d’exprimer ce qui va et/ou ce qui ne va pas ? C’est uniquement comme ça que vous trouverez les solutions. Exprimez vos besoins, posez les limites, et faites de votre mieux pour les respecter. Découvrez la Communication Non Violente pour mieux communiquer au sein de votre couple et de votre famille. 

 

Cette liste est bien sûr non exhaustive, et totalement adaptable aux situations individuelles. Mais rappelez-vous : vous êtes sûrement sur la bonne voie. Sachez qu’il nous faudrait des décennies pour équilibrer réellement les responsabilités dans le foyer au rythme où l’on va. Alors agissons dès maintenant positivement pour notre famille et celles qui nous suivront !

Leave a Reply