Objectif Parite

Les startups en avance sur la parité en entreprise ?

By 22 mai 2020 No Comments

Dans un marché où les startups ne cessent de voir le jour, les chef(fe)s d’entreprise font face à des challenges quotidiens, qui ne se révèlent pas plus faciles à surmonter lorsque vous êtes un homme ou une femme. Cela paraît évident pour la plupart, mais c’est toujours utile de le rappeler. 

À l’heure où l’on associe les startups à la modernité, la jeunesse et l’énergie novatrice, la parité est-elle d’actualité ?

 

Il y a d’abord l’entrepreneuriat au centre du propos. Qui lance sa startup ? Et surtout, qui arrive à la financer ? Un baromètre créé par SISTA et BCG sur l’accès au financement par les femmes dirigeantes de startups nous donne les conditions de ces dernières années. Leur ambition principale est d’ajouter des données qualitatives objectives au service de la diversité de genre. Sur un recensement des startups créées depuis 2008 en France, on retient : 

  • 5% ont été fondées par une équipe 100% féminine 
  • 10% ont été fondées par une équipe mixte 
  • 85% ont été fondées par une équipe 100% masculine 

 

Ils précisent que ce grand écart existent car seulement 9% des hommes s’associent avec des femmes, tandis que 61% des femmes s’associent avec des hommes. Et la principale raison pour cela est la difficulté à se financer lorsque l’équipe est 100% féminine. Celles-ci ont 30% moins de chance d’être financées par les investisseurs. Et lorsque l’investissement est enclenché, sa valeur est moins élevée. Un des leviers de compréhension relève de la typologie des investisseurs : majoritairement des hommes attirés plus facilement par des projets au masculin

femmes concentrées ordinateur écran

 

Pourquoi ce n’est pas une fatalité ? 

 

Beaucoup s’y intéressent, et tentent de proposer des solutions. Notamment à travers des baromètres et chartes, qui visent à évaluer les situations de chaque startup et à pousser les entreprises à agir. Le comité Starther crée son baromètre StartHer-KPMG qui se concentre sur les levées de fonds de startups tech. En 2018, ils observaient une augmentation des montants levés par les femmes dirigeantes avec 68% de plus qu’en 2017. Du positif pour la tech ! 

Pour celles qui se sont lancées, leur startup montrent une rentabilité assumée. Une étude de BCG intitulée Why women-owned startups are a better bet” nous montre qu’une startup fondée par une femme multiplie par plus de deux l’investissement par dollar, tous secteurs confondus.

Parmi ces startups féminines, la répartition sectorielle se diversifie. La part des startups provenant du secteur des logiciels a triplé (de 11% à 34%). En somme, on retrouve : 

  • 34% dans le web & e-commerce / e-service 
  • 34% dans les logiciels & services informatiques 
  • 23% dans la santé
  • 8% dans les matériaux, matières premières et énergie 
  • 1% électronique & informatique 

 

La balance penche vraisemblablement vers un équilibre des secteurs d’activités au sein de l’entrepreneuriat au féminin. Si l’on devait retenir une liste non-exhaustive des profils de femmes qui font pencher cette fameuse balance, Lucie Bash en ferait partie. Elle a lancé en 2016  son application à succès Too Good to Go, qui prône l’anti-gaspillage alimentaire. L’objectif étant de mettre à disposition tous les invendus des commerces près de notre lieu de vie. Elle a à son actif pas loin de 10,000 commerçants partenaires, ce qui peut en motiver plus d’une ! 

Sans exiger le 100% féminin, il est observé qu’une entreprise transparente en terme de parité est d’autant plus rentable. Une étude menée par McKinsey montre que sur 300 entreprises, celles qui comptent le plus de femmes au sein du groupe de direction sont 47% plus rentables que les autres. Il y a bien entendu plusieurs raisons à cela, mais on constate l’effet positif de la diversité (de genres, mais pas que) qui offre une vision hétérogène et riche du marché et des clients. 

 

Ok, mais est-ce le cas pour nos startups françaises ? 

 

C’est la réponse à laquelle veulent répondre The Galion Project qui a relevé que seulement 9% des start-up en France sont dirigées par des femmes. Leur mission à travers l’outil appelé le Gender Agreement est d’influencer positivement les jeunes entreprises dans le secteur de la Tech à s’allier à la parité femmes-hommes. Ils proposent 45 solutions concrètes pour les guider dans cette métamorphose interne et externe. Ces conseils sont applicables à tout type de secteur avec une réadaptation si nécessaire. Dans les grandes lignes, la charte recense ces différentes actions : 

  • Faire de l’égalité femmes-hommes un objectif clair et permanent 
  • Rendre sa marque employeur attractive pour les deux sexes
  • Veiller à respecter le principe de l’égalité hommes-femmes dans les process de recrutement 
  • Mettre en place une culture d’entreprise women friendly 
  • Fidéliser avec le congé maternité
  • Favoriser l’équilibre vie pro / vie perso 
  • Formaliser les règles d’augmentation et de promotion 
  • Encourager l’ambition

 

La réponse est donc non, les startups ne sont pas encore modèles impeccables de parité. Mais de nombreux indices nous laissent penser qu’elles sont en bonne voie, et que les secteurs qu’elles touchent pourraient rapidement se remettre en question.

Leave a Reply